AbCelex assure la salubrité de la volaille au moyen d’antimicrobiens


Produire de la volaille plus sécuritaire grâce à une nouvelle catégorie d’antimicrobiens

Chaque année, des millions de Nord-Américains tombent malades après avoir mangé du poulet, à cause de bactéries en forme de tire-bouchon appelées campylobactéries. Selon le PDG d’AbCelex, le Dr Babaei, la solution pourrait se retrouver dans une anomalie biologique du chameau.

En 1993, des scientifiques ont fait une découverte intrigante. Même si les mammifères partout sur la planète possèdent le même modèle d’anticorps, il s’est avéré que les membres de la famille des chameaux en possèdent aussi un second type – un type plus petit, plus stable et moins cher à produire.

Le Dr Saeid Babaei et son partenaire d’affaires, le Dr Ali Riazi, ont vu l’important potentiel lié à l’utilisation de ces anticorps ou de leurs dérivés sur le cheptel. Le duo a fondé l’entreprise AbCelex Technologies Inc., a négocié une licence d’exploitation mondiale exclusive auprès du Conseil national de recherches du Canada et a commencé à créer des fragments des minuscules anticorps – les « nanocorps » – afin d’inactiver les campylobactéries.

Leur solution n’arrive vraiment pas trop tôt. « Les campylobactéries sont la principale cause des maladies d’origine alimentaire dans le monde occidental », explique M. Babaei. Plus de la moitié de la volaille crue vendue aux É.-U. contient cette bactérie pouvant causer la maladie. Au Royaume-Uni, cette proportion est de 65 %.

Les fondateurs d’AbCelex savaient que tout traitement économique devait être donné au moyen de l’alimentation. Cela nécessitait de concevoir des nanocorps pouvant résister aux hautes températures utilisées dans la transformation des aliments pour animaux ainsi qu’au faible pH et aux enzymes présents dans le système digestif des poulets.

Au cours des trois dernières années, AbCelex a réalisé d’importants progrès dans l’avancement de sa plateforme technologique par le truchement du programme des campylobactéries dans les poulets à griller. Actuellement, l’entreprise élabore des méthodes pour augmenter l’efficacité de ses produits contre des souches pathogènes variées de campylobactéries, ainsi que pour pouvoir produire des volumes plus élevés de leur produit à un faible coût.

Le duo n’aurait pu parvenir à ce point sans le soutien de Bioenterprise, un accélérateur de pointe d’agroentreprises. La société Bioenterprise les a mis en contact avec des joueurs de l’industrie, a réalisé des analyses du marché et a établi les coûts du produit.

Grâce en partie à ces efforts, AbCelex a réuni plus de 2 millions de dollars en capital de risque en avril 2014. L’entreprise a également créé plusieurs partenariats stratégiques de prestige avec des institutions universitaires et des partenaires de l’industrie, notamment l’un des principaux transformateurs de volaille de la République d’Irlande.
La prochaine étape pour AbCelex consistera à valider son additif alimentaire dans le cadre d’essais cliniques sur le terrain. Cependant, le Dr Babaei a des plans ambitieux : étendre la technologie de l’entreprise à d’autres espèces et à d’autres maladies, puisque « nous voulons bâtir une entreprise solide qui répondra à la préoccupation mondiale croissante concernant l’innocuité et la qualité de la chaîne d’approvisionnement alimentaire, dit-il. Chaque jour apporte de nouvelles possibilités. »


abcelex.com

 


Tell us about your business and we will tell you how we can help.

LET'S GET STARTED